En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
  • People
  • Actu

Danse avec les stars - Marthe Mercadier : l'interview culte !

Article par Maxime Claudel , le 20/03/2011 à 17h36 , modifié le 20/03/2011 à 17h41 0 commentaire

Pendant les émissions Danse avec les stars où elle était là, Marthe Mercadier nous a fait hurler de rire et a marqué les esprits par sa bonne humeur et sa joie de vivre. Rencontre inoubliable à l'occasion de la finale de Danse avec les stars.

Une interview avec Marthe Mercadier s'apparente davantage à une vraie rencontre qu'à un simple échange de questions/réponses. On peut même parler de parcours du combattant. Car il a fallu attendre qu'elle finisse de raconter ses petites histoires à nos confrères ; puis la suivre jusqu'à la « cantine » pour invités. Mais une fois posée devant un saumon accompagné d'haricots verts, Marthe Mercadier était libre de donner vie un entretien décalé, riche en anecdotes, criblé de rires et marqué par une joie de vivre indéfectible. A 82 ans, Marthe Mercardier a la niaque et trouve toujours du plaisir dans ce qu'elle fait. Une « cool attitude » qui se lit au travers de ses propos...

Le fait d'être à la finale de Danse avec les stars vous ravive de beaux souvenirs ?
Que je sois là ? Bien sûr. On s'est vraiment bien amusés. On a pris beaucoup de plaisir et vous, vous avez un bon souvenir ? (elle éclate de rire).
Vous continuez à danser ?
Oh oui bien sûr ! Jusqu'à la mort !
Et physiquement, vous vous sentiez comment après l'élimination ?

Il y a eu la chute... Vous savez quand on vous donne des chaussures dont la fermeture n'est pas cousue, hé bien c'est difficile... Je me suis retrouvée par terre et j'ai très, très mal. Notamment aux deux genoux. D'ailleurs, je vais peut-être être opérée. C'est assez grave. On a rigolé mais c'est assez grave.
Parlez-nous de la relation avec votre danseur...
Merveilleuse. Il m'ont confié un jeune de 24, 25 ans à peine. Doué, doué, doué ! Ce que j'ai admiré chez lui c'est qu'il se mettait à ma portée, mais très, très gentiment, au lieu de se dire « Oh là là là ». Il m'expliquait comment mettre mes pieds et on en a rit, on en a ri ! On a tellement ri. De toute façon vous avez bien vu que je faisais ça pour rigoler. J'ai horreur de la danse trop comme ça (elle imite des pas super maîtrisés). Je préfère la folklorique et je danse toutes les danses. On m'en a jeté des tomates parce que je dansais mal...
Vous n'avez donc jamais pensé gagner ?
Non, non. Je dansais de tout mon cœur et ça ressortait...
(à ce moment là, une serveuse se prend les pieds dans une caisse d'assiettes et manque de tomber ; Marthe se précipite sur elle pour savoir comment elle va)
Ce soir, vous êtes pour qui ? Sofia, David ou Matt ?
Je vote pour tous car les quatre (les trois en réalité) sont très doués. Ce sont vraiment les meilleurs et dans des degrés différents, dans des approches différentes. Ils ont tous une telle qualité de travail et ils se sont tous donnés, sans raisonner, sans se dire « Moi je fais pas ça comme ça. Oh mais je suis fatigué. » C'était très juste. Moi, j'avais misé sur eux pour la finale. Je suis contente. Je suis contente. Bien entendu, il y a un petit décalage et il y a cette merveilleuse danseuse (elle parle de Sofia). Elle danse depuis 20 ans. Elle danse, elle danse, elle danse. Elle peut rentrer à l'opéra. Elle peut rentrer partout. Il y a donc un petit décalage par rapport à ceux qui ont appris à danser sur le tas... Pas moi, parce que moi je suis nulle... Mais j'ai ému et à 82 ans j'ai montré que j'étais encore là.
Si l'année prochaine, il y a un Danse avec les stars 2, vous en seriez ?

Ah ! Je reviens, je reviens, je reviens ! Absolument ! En essayant de faire mieux... avec un an de plus, ce n'est pas évident...
Quels sont vos projets ?
Mon projet là c'est de pleurer la fin de ces rendez-vous où on hurlait de rire... Sinon je prépare un film, une pièce de théâtre qui a été massacrée, qui a été mal montée mais qui est une très bonne pièce (à ce moment là, elle me propose un verre et à manger). Je m'occupe également d'une association pour les bègues, car j'ai été bègue. Je m'occupe des enfants qui ont des problèmes, des gens qui deviennent bègues par crainte de ne plus avoir de métier, de ne plus avoir la possibilité de s'en sortir. Bon bien sûr, ce n'est pas comme nos amis en train de vivre un tel cauchemar... (elle parle des japonais). Mais il existe des gens qui deviennent bègues à cause de l'angoisse. Moi j'ai bégayé de rage parce qu'on acceptait que je monte au-dessus de la pyramide. On me contrait, on essayait de m'assagir. J'étais déjà « casse-couilles », j'emmerdais déjà les gens - fille-unique vous pensez... Et ça, ça me préoccupe beaucoup car cela m'angoisse.
Mais vous n'êtes plus angoissée à l'heure actuelle ?
Ah non mais moi je n'étais pas angoissée... Je suis devenue bègue de fureur... Et je ne suis plus en colère... Vous savez, 82 ans, c'est tellement extraordinaire... Quand on a vécu sous terre, avec toutes ces maisons écroulées. J'ai fait le tour du monde... C'est très, très intéressant de vivre toutes ces situations que jamais on aurait imaginées. J'ai joué devant Kadhafi parce que la pièce était politique. Tout le monde se trahissait, complotait et échangeait des armes. Kadhafi était avec sept soldats armés jusqu'aux dents. C'était dans un petit théâtre de Carthage et il voulait voir cette pièce. Je jouais harcelée par les armes et c'était absolument irrésistible.

 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.



de People
logAudience