En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
  • People
  • Actu

Critique. " Jamais le premier soir ", la comédie frenchy 100% girly

Article par , le 01/01/2014 à 09h00 , modifié le 02/01/2014 à 08h33 0 commentaire

Alexandra Lamy revient sur les écrans avec " Jamais le premier soir ", une comédie de Mélissa Drigeard en salles le 1er janvier 2014. On y va, on n'y va pas ? Plurielles vous livre sa critique.

Quand Julie (Alexandra Lamy) se fait larguer par coursier alors qu'elle est au bureau c'est le drame. Lasse de revivre toujours les mêmes choses, les mêmes histoires, les mêmes fins, elle s'enferme chez elle, enfile un jogging et un sweatshirt et déprime. Même ses deux meilleures amies Rose (Julie Ferrier) et Louise (Mélanie Doutey) n'arrivent pas à lui remonter le moral. Bien décidée à en finir avec la malchance et par la même le malheur, Julie se lance corps et âme dans la quête du bonheur en livres. C'est ainsi qu'elle va passer la majeure partie de son temps dans la librairie de son quartier, à chercher désespérément comment être heureuse et bien dans ses baskets à coup de bouquins sur le développement personnel, etc. Le tout sous le regard plus qu'amusé du propriétaire des lieux, Marc (Jean-Paul Rouve,) qui voit son rayon « bonheur » bien plus peuplé que ceux marqués « littérature étrangère » et « littérature classique ».

Si le pitch de « Jamais le premier soir » peut paraître au premier abord simplet, il pose en réalité des questions qui sont devenues existentielles pour bien des personnes en ces temps de crise. « Qu'est-ce que le bonheur ? », « Suis-je heureux ? », « Sais-je vraiment ce que je veux ? », « Vais-je trouver le grand amour ? »... Le genre de réflexion interne propre à chacun et à laquelle bon nombre de personnes tentent aujourd'hui de répondre en cherchant des indices dans des livres. D'où l'apparition dans les rayons de librairies d'œuvres sur le développement personnel, le coaching, le bien-être et la quête de soi. Ce phénomène n'est pas qu'un sujet de film, il est aussi une réalité. 

Une réalité bien capturée par la réalisatrice Mélissa Drigeard qui, dans son film, fait de ce phénomène un questionnement drôle et léger en se basant sur un trio d'héroïnes modernes auxquelles il est très facile de s'identifier. Dans le rôle de la célibataire pétillante mais malchanceuse, Alexandra Lamy est délicieusement cinglée, tandis que Mélanie Doutey et Julie Ferrier assurent en bonnes copines dont les vies sont au final tout aussi décousues. Dans cet environnement 100% girly, on salue également les prestations de Jean-Paul Rouve, Grégory Fitoussi et Julien Boisselier, le premier dans le rôle du type cynique et charmant, le second dans celui de beau-gosse un brin goujat et le troisième dans celui du faux gentil qu'un rien fait partir en vrille.

Avec son lot d'actrices sympathiques, de seconds rôles bien campés et un pitch à l'angle original, « Jamais le premier soir » a tout de la comédie romantique au ton décalé. Un bon feel good movie pour bien commencer l'année !





 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.



de People
logAudience