En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
  • People
  • Actu

Carole Bouquet : "J'aimerai toujours Gérard Depardieu"

Article par Chloe DIQUERO , le 15/05/2014 à 16h38 , modifié le 15/05/2014 à 16h47 0 commentaire

Dans une interview accordée à Paris Match, Carole Bouquet se dévoile, sans détour, et parle de sa féminité, de son rôle de grand-mère mais aussi de son ex Gérard Depardieu, à qui elle reste très attachée.

Elle illuminait la Croisette, hier soir, pour l'ouverture du Festival de Cannes 2014. Carole Bouquet, membre du jury de cette 67ème édition, s'exprime aujourd'hui dans les colonnes de Paris Match. Elle aborde, pour la première fois, l'affaire Depardieu et les nombreuses critiques qu'a essuyé l'acteur, son ex, avec qui elle est restée neuf ans. "Quand j'entends des gens critiquer Gérard, ça me rend triste, très triste" confie l'actrice de 56 ans. Cette dernière s'est dite "horrifiée quand, il à y a quelques mois, ce tombereau d'horreurs lui est tombé dessus". "Quand on pense qu'on a osé dire que s'il existait, c'était grâce au CNC !" ajoute-t-elle, comme choquée. Carole Bouquet défend ensuite ardemment son ancien compagnon : "Gérard est un des plus grands acteurs au monde. Il peut être époustouflant. Ce n'est pas un homme banal. On ne peut pas lui demander d'être quelqu'un d'autre. Nous avons vécu une très belle histoire. Nous sommes restés amis, je l'aimerai toujours. Il ne faut pas lui demander de devenir un sage en vieillissant."

Dans cet entretien, Carole Bouquet parle également de sa petite fille, Dacha, 3 ans. "C'est une vraie fifille, raconte l'actrice. Je fais avec elle des choses que je n'aurais sûrement pas faites si j'avais eu une fille. Je lui achète des petites robes roses en dentelle, des barrettes avec des papillons". L'actrice amène aussi sa petite Dacha aux "répétitions de théâtre" et compte bien l'emmener en voyage avec elle. Mais, pour le moment, "elle est encore trop petite". Ce qu'aime par-dessus-tout cette "grand mère rock'n'roll" : la façon dont sa petite-fille prononce son prénom. "Caiolle. J'adore ça, c'est joyeux !"

Bien entendu, l'actrice a aussi évoqué Cannes et son célèbre Festival : "Cannes est, de loin, le plus grand festival du monde". Elle regrette néanmoins le temps d'avant, lorsqu' "on y faisait la fête toutes les nuits, sans aucune limite". Elle confesse d'ailleurs ne s'en être jamais « privée. » Mais "aujourd'hui on vous colle un Smartphone sous le nez sans vous demander votre avis, on vous filme à votre insu ; on est obligé de faire tout le temps attention".

On apprend également, dans cette interview, que l'actrice a eu du mal à gérer sa féminité. "Pendant très longtemps, j'ai eu des doutes sur qui j'étais. Je n'étais pas idiote, je voyais bien qu'on me regardait tout le temps. Simplement je n'avais pas les codes". Une "chute terrible sur des pierres", dans sa maison en Italie, en juillet 2013, lui aura finalement appris, à ses dépens que "la beauté, ça tient à pas grand-chose". Après quinze jours à l'hôpital de Palerme et douze points de suture au visage, l'actrice, qui en avait "marre" de s'entendre dire qu'elle était belle lorsqu'elle était jeune, ne se lasse plus, aujourd'hui, de recevoir des compliments. "Car je sais qu'un jour ça s'arrêtera" affirme-t-elle au magazine.

Dernière confession de Carole Bouquet : elle est amoureuse. Mais elle n'en dira pas davantage sur le sujet. Histoire de garder encore, un peu de mystère...
 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.



de People
logAudience