En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
  • People
  • Actu

Carla Bruni : la première dame a le blues

Article par , le 20/04/2011 à 10h43 , modifié le 20/04/2011 à 11h06 0 commentaire

Le magazine Gala lui consacre sa Une. Carla Bruni, épouse de Nicolas Sarkozy et artiste accomplie, s'est effacée de la scène médiatique avec le temps, "piégée à l'Élysée".

Etre première dame de France, un job à plein temps. Alors qu'on apprenait récemment que Carla Bruni-Sarkozy souhaitait reporter son album à 2012, après les présidentielles, les spéculations s'élevaient quant au retrait de l'épouse de Nicolas Sarkozy, son choix de mettre de côté sa vie artistique, son méter de chanteuse pour ne contrecarrer en aucune façon les ambitions de son mari.

Carla Bruni évitait ainsi toute polémique sur son activité pas forcément bien vue de tous les Français ou sur un titre qui aurait pu avoir une connotation politique.

Un sacrifice que confirme l'hebdomadaire Gala, qui titre cette semaine sur le "blues" de Carla, affirmant que l'ancienne mannequin est "piégée à l'Élysée", obligée de "disparaître" derrière son mari. Celle qui assumait pleinement jusqu'à présent son statut de jolie bobo, amie de Bertignac et femme d'un président de droite serait aujourd'hui à l'étroit dans son statut d'épouse, moins mise en avant sur la scène médiatique, laissant le soin à Nicolas Sarkozy de travailler lui-même son image auprès des Français. A l'hiver 2009, Carla Bruni déclarait sur le plateau de TF1 lors de l'émission Sept à Huit : "S'il se représente, c'est son affaire. En tant qu'épouse, comme ça, dans l'intimité, un mandat me suffirait." Il semble qu'aujoud'hui, Carla préfère se taire.

 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.



de People
logAudience