En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×

Britney Spears : la chute

Article par Mourad LAHDIL , le 20/02/2009 à 18h09 , modifié le 21/02/2009 à 15h18 1 commentaire

Britney a terni son image de lolita. Les attaques se multiplient, les rumeurs fleurissent. Et la plupart est bien fondée : c'est moi qui les ai lancées.

En janvier 2007, Britney Spears perd une de ses tantes, victime d’un cancer. Le 17 février suivant, elle se rend dans un salon de coiffure, et demande à ce qu’on lui rase la tête. Le geste est symboliquement chargé : on assiste en direct à un acte de pénitence, davantage qu’à une libération. Le coiffeur refuse : elle prend la tondeuse, et se charge elle-même de la tâche, en fixant les paparazzi postés sur le trottoir. Elle veut que le monde sache ce qu’il a fait d’elle. L’enfant modèle, le sex-symbol virginal est désormais la folle furieuse. Et les media se chargeront de la crucifier en tant que telle.

Après quelques passages en cure de désintoxication, la perte de la garde de ses enfants, la décision de couper les ponts avec tous ses proches – sa famille, son manager, son ex-mari – Britney décide qu’il est temps de revenir sur le devant de la scène musicale. En septembre, elle apparaît aux MTV Video Music Awards, pour interpréter le premier extrait de son nouvel album. La prestation est très attendue : certains prédisent un succès, d’autres un triomphe. Ce fut une catastrophe. Ses cheveux ne sont longs que de quinze centimètres, mais elle refuse de porter la perruque prévue pour la performance. Elle refuse également d’enfiler le corset dans lequel elle doit apparaître : quelques extensions posées à la va-vite, un bikini pailleté et un collant filé seront les seuls artifices consentis par la chanteuse. Elle veut monter sur scène aussi nue que possible, malgré son corps encore déformé par ses deux grossesses, semblant dire au public ‘aimez-moi telle que je suis’. Trop nerveuse pour assurer une prestation correcte, Britney sera une fois de plus violemment attaquée. Une femme aussi peu consciente des règles élémentaires de la décence n’a sa place que parmi les patients psychiatriques.

 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.



de People
logAudience