En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
  • People
  • Actu

Brigitte Bardot n'a pas sa langue dans sa poche

Article par Maud ZAMORA , le 26/09/2009 à 17h10 , modifié le 26/09/2009 à 17h14 12 commentaires

BB s'est confiée au journal Le Parisien sur ses combats, son passé, sa fondation... Une femme qui n'hésite pas à dire ce qu'elle pense.

Brigitte Bardot, véritable sex-symbol des années 50 et 60 milite depuis longtemps pour la défense des animaux au sein de sa fondation, la Fondation Brigitte Bardot. Elle s'est confiée au Parisien d'aujourd'hui et n'a pas caché qu'elle verrait bien Laure Manaudou lui succéder.

Celle qui aimerait que l'on instaure une journée végétarienne dans les établissements publics, pour lutter contre le réchauffement climatique, a évoqué la  ville qu'elle affectionne tout particulièrement...

"Saint-Tropez est mon petit port d'attache qui est devenu, au fil des ans, un atroce ramassis de connards richissimes et de touristes désœuvrés qui viennent par mer ou par terre encercler ma maison, envahir mon petit domaine et me priver de la joie de me baigner, d'entendre le chant des cigales et de me sentir loin de la foule déchaînée" a confié Brigitte Bardot.

L'actrice est également revenue sur une période difficile de sa vie lorsqu'elle avait tenté de mettre fin à ses jours :

"J'ai passé ma jeunesse à fuir les photographes et les journalistes qui ont gâché cette partie de ma vie et ont été un peu responsables de ma tentative de suicide le 28 septembre 1960. Aujourd'hui je me préserve de l'humanité qui m'effraye".

 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.



de People
logAudience