En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
  • People
  • Actu

Brahim Zaibat : "Non, je ne connaissais pas Katrina avant Danse avec les stars"

Article par , le 19/12/2013 à 09h59 , modifié le 19/12/2013 à 10h53 0 commentaire

Brahim Zaibat nous a accordé une interview à l'occasion de la tournée Danse avec les stars. Sa carrière, sa partenaire de danse, sa popularité auprès du public... Le danseur se dévoile.

Plurielles.fr On est à la fois surpris et heureux de vous voir sur la tournée de Danse avec les stars. Pourquoi avoir accepté d'y participer ?
Brahim Zaibat : Cette aventure m'a beaucoup appris. Je ne m'attendais pas à apprécier autant toutes ces danses. Elles sont assez éloignées de mon univers (le breakdance NDLR.). Finalement, cela m'a donné beaucoup d'idées pour la suite, pour mes shows à venir. J'ai appris de nouvelles postures, de nouveaux mouvements... Et puis, sur cette tournée, je vais être entouré de danseurs professionnels. C'est toujours constructif ce genre de rencontres. C'est  également un bon moyen de remercier le public qui m'a soutenu tout au long de l'aventure. 


Allez-vous danser avec Katrina Patchett votre partenaire dans Danse avec les stars ?
Oui. Dès le début, nous avons eu un très bon feeling. Je l'écoute et elle m'apprend beaucoup. On s'entend vraiment bien.


D'ailleurs, il parait que vous vous connaissiez avant de participer à l'émission...
C'est totalement faux. Je ne l'ai jamais vue auparavant. Matt Pokora m'a dit quelques jours avant ma participation à Danse avec les stars : "Tu vas avoir la même partenaire que moi". Je lui ai répondu : "Je ne veux pas savoir qui c'est". Je l'ai découvert sur les premières répétitions. Vous savez, c'est une fille tellement gentille que j'aurai bien aimé la rencontrer avant ! 


Aujourd'hui vous vivez à Paris ?
J'ai toujours eu trois pieds à terre : à Paris, New York et Berlin. Je ne peux pas rester en place plus de trois minutes. Je ne peux pas rester, non plus, plus d'une semaine dans la même ville. Je ne sors jamais les affaires de ma valise. Je suis un vrai Touareg.


Vous attendiez-vous à être autant soutenu par le public ?
Oui et non. Non, car il y avait d'autres candidats plus populaire que moi dans l'émission. Mais oui, car je suis resté moi-même tout au long de l'aventure. Je suis quelqu'un qui ne parle pas beaucoup, qui ne se dévoile pas vraiment. Et pourtant, les gens ont su voir qui j'étais. Un trophée, j'aurai pu le perdre ou le casser. Là, c'est la plus belle victoire. 


Le revers de la médaille, c'est que votre vie est davantage exposée aujourd'hui. Ce n'est pas quelque chose que vous regrettez ?
J'ai pu le regretter. Mais, je ne le regrette plus. J'essaye de faire abstraction de tout ce qui se passe autour de moi. Je ne regarde pas les magazines, je ne lis pas ce qui se dit sur Internet. Toute ma vie je me suis dit : "Pour vivre heureux, vivons cachés". Parfois, ça m'embête lorsque les gens posent des questions gênantes. Je ne veux pas paraître malpoli... mais ce n'est pas toujours évident d'y répondre. Et en même temps, il y a beaucoup de gens qui reconnaissent mon travail. Et ça c'est le principal. J'ai cherché la reconnaissance en venant à Danse avec les stars. Je l'ai trouvée.


Tous les candidats de Danse avec les stars sont unanimes : vous êtes quelqu'un d'humble. Comment avez-vous réussi à garder les pieds sur terre tout au long de ces années ?

C'est certainement lié à mon éducation, ma vie, mon état d'esprit. J'ai des défauts comme tout le monde. Mais je fais en sorte de rester moi-même. Je suis quelqu'un de franc. Quand certains candidats m'ont vu arriver sur Danse avec les stars, ils ont certainement eu des a priori. Résultat, ils n'ont pas forcément été naturels au départ. Ils ont fini par se lâcher. C'est dommage on a perdu du temps...


On vous a senti très proche de Laury Thilleman...
C'est vrai, c'est ma grande copine. Je lui ai dit : "Si tu as besoin de moi, n'hésite pas".
 

Quand Alizée s'est blessée lors des répétitions de la finale. Vous avez déclaré être prêt à partager votre trophée avec elle si vous le remportiez...

Oui. Alizée, c'est une des personnes auxquelles je me suis le plus attaché. Je ne suis pas sûr que j'aurais tenu ces propos au début de Danse avec les stars. Cette émission m'a changé humainement parlant. Alizée méritait sa victoire. Pour ma part, je me disais : "Soit je sors au premier prime, soit je sors au dernier". J'ai atteint mon but. 


Vous êtes aussi chorégraphe de Robin des Bois...
C'est un projet dont je suis très fier. Je travaille dessus depuis décembre 2011. J'ai même participé aux castings des danseurs. J'étais tout le temps sur les répétitions. J'ai beaucoup souffert, j'ai beaucoup maigri. J'ai mené ce projet en même temps que Danse avec les stars. Je suis vraiment content du résultat.  


Que peut-on vous souhaiter pour 2014 ?
La santé pour ma famille et moi. Et du bien, d'être gentil avec tout le monde et de ne juger personne. Comme je le fais au quotidien...


Vous parlez beaucoup de jugement. Avez-vous l'impression d'être jugé ?
Oui, énormément. Il y a du positif mais aussi beaucoup de négatif. J'estime que  ce sont les personnes perdues qui jugent. Même si je vois et j'entends ce que les gens disent sur moi, j'essaye de ne plus y faire attention.

 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.



de People
logAudience