En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
  • People
  • Actu

Benjamin Siksou, rencontre avec le héros de Toi, moi, les autres

Article par , le 01/09/2011 à 09h00 , modifié le 05/09/2011 à 16h16 0 commentaire

Aux côtés de Leïla Bekhti, il est le héros de la comédie musicale "Toi, moi, les autres" d'Audrey Estrougo qui sort le jeudi 1e septembre en DVD. Rencontre avec un garçon à facettes.

Sous la direction d'Audrey Estrougo, il a poussé la chansonnette, joué les jolis cœurs des beaux quartiers et même dansé. Benjamin Siksou, jeune garçon multi-talentueux, raconte.

Six mois après la sortie ciné, vous vous sentez comment au moment de cette sortie DVD ?

Ça paraît loin...

Vous avez pensé quoi quand on vous a présenté un projet de comédie musicale ?

Honnêtement ça m'a fait très peur... C'est vraiment Audrey et son premier film Regardez-moi, qui m'ont convaincu, quand j'ai vu sa pâte. Elle met sa vie là-dedans, à des années lumières de ce que j'imaginais pour une comédie musicale. C'est ce paradoxe qui m'a attiré et c'est elle. J'avais vu son film la veille du casting et je suis arrivé à bloc, il m'avait marqué. Le côté comédie musicale, c'était marrant, faire un truc qu'on ne refera sans doute jamais dans notre vie.

Et au niveau de la préparation ? Vous, vous saviez déjà chanter...

Chacun avait sa petite faiblesse. Pendant 6 mois on répétait, chant, danse. Audrey ne voulait pas faire quelque chose «à l'Américaine», de performance. On voulait rester dans l'émotion, avec des cadres très serrés même pendant les chorégraphies.

Et donc, il y a un fond très social entre le monde de Leïla, les quartiers « popu » parisiens et celui de Gabriel, votre personnage, un jeune bourgeois sur le point de se marier, entre poker et soirées. Derrière la comédie romantique, on parle d'immigration, de renvoi de sans papiers...

On s'est vraiment rendu compte de ça en tournée en province, quand le public découvrait le film : le message passe d'autant plus en passant par la légèreté plutôt qu'un film plombé. Le film ne se concentre pas sur l'idée de racisme un peu latent mais sur toute une question sociale.

 Toi, moi, les autres d'Audrey Estrougo avec Leïla Bekhti, Benjamin Siksou

En tant que jeune parisien évoluant dans un milieu privilégié culturellement, les thématiques de Toi, moi, les autres, ça vous parle ?

Oui, je vois ce qui se passe. Le choc entre certains quartiers qui vivent chacun coupés du monde. Le 16e comme la Goutte d'Or. Comme tous les gens de ma génération, j'ai vu les images de l'Eglise Saint Bernard et les sans papiers qui demandaient l'asile [en 1996, ndlr]. Forcément ça me parle. Dans le film, à part aux yeux des deux amoureux, de chaque côté, l'idée de métissage paraît folle.

 

"Leïla Bekhti, on a vraiment suivi son ascension"

 

Dans Toi, moi, les autres, l'amoureux n'est pas celui qui vous connaît depuis toujours mais celui qui pousse vers la nouveauté et à se dépasser.

C'est ça. Leila, elle arrive comme une bouffée d'air frais pour lui, il est enfermé dans sa relation. L'un et l'autre s'ouvrent à une autre réalité, une vraie fenêtre.

Le film est au croisement entre musique et cinéma, ça vous correspond bien, vous êtes un peu un artiste hybride. Comment vous vous voyez évoluer ?

(Pas très à l'aise) Je n'en ai aucune idée. Si j'en ai la possibilité, je continuerai à faire les deux. Le truc c'est que pour le cinéma, ce n'est pas moi qui décide. C'est si on veut bien de moi. En musique je dépends de ceux qui achètent mon disque et viennent me voir, mais c'est plutôt moi le moteur en fait.

Vous pouvez me parler un peu de Leïla Bekhti, votre partenaire dans le film ?

Leïla, on a vraiment suivi son ascension parce qu'on la rencontrée pendant le tournage de Tout ce qui brille. On s'est tous les deux épaulés. En fait, j'ai passé beaucoup plus de temps avec Cécile [Cassel, qui joue sa fiancée], pendant ces 6 mois de répet'. Audrey voulait ça pour garder la fraîcheur de la rencontre avec Leïla. On a travaillé sur le passé des personnages. Au final, c'est vachement intéressant, ça nourrit. On a très peu de scène avec Cécile mais on est très proche. Avec Leila, on s'est plus aidé, elle m'aidait pour la danse, moi pour le chant.

Et vos projets ?

Je vais jouer dans le prochain film d'Audrey, sur le milieu carcéral féminin. Je vais faire une femme. (rires)

Un gardien...

Une gardienne ! Non, non en tant qu'homme. Et un disque. Avec mes chansons.

 

Toi, moi, les autres, d'Audrey Estrougo avec Leïla Bekhti, Benjamin Siksou. Sortie le 1e septembre 2011. (Wildside)

 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.



de People
logAudience