En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
  • People
  • Actu

Arnaud Lagardère dément avoir taclé Valérie Trierweiler

Article par Pauline HOHOADJI , le 06/11/2012 à 17h30 0 commentaire

Denis Olivennes, le Président de Lagardère Active a nié dans un communiqué de presse les propos supposément tenus par Arnaud Lagardère à l'encontre de la Première Dame.

Si la nouvelle biographie consacrée à Arnaud Lagardère n'est pas encore sortie, elle fait déjà la une de l'actualité. En vente mercredi, le livre de la journaliste Jacqueline Rémy baptisé Arnaud Lagardère, l'héritier qui voulait vivre sa vie, dont un extrait aurait été publié par Marianne, fait en effet parler de lui pour une petite phrase qui aurait été lâchée par Arnaud Lagardère.

Interrogé sur la Première Dame Valérie Trierweiler, journaliste à Paris Match, le patron du groupe Lagardère (propriétaire de Paris Match ndlr) aurait affirmé : "Jusqu'ici, elle ne nous a causé que des ennuis !" L'auteur de la biographie affirmerait d'ailleurs que la journaliste serait considérée comme une "grenade dégoupillée" par le groupe Lagardère, qui aurait d'ailleurs envisagé de ne pas reconduire son contrat. "Faux" répond le groupe dans un communiqué de presse.

Le démenti du groupe Lagardère

Face aux allégations de Jacqueline Rémy et à l'ampleur pris par la polémique suscitée par ces propos rapportés, les dirigeants du groupe Lagardère ont tenu à rétablir leur vérité dans un communiqué de presse signé par Denis Olivennes. Le Président de Lagardère Active dément le tacle attribué à Arnaud Lagardère et affirme notamment : "Valérie Trierweiler est journaliste à Paris Match depuis 20 ans, en contrat à durée indéterminée. L'hebdomadaire a toujours été pleinement satisfait de sa collaboration à la rédaction."
Denis Olivennes affirme également que, même si le rôle de Valérie Trierweiler dans Paris Match a changé après l'élection à l'Elysée de François Hollande, son compagnon, "pour garantir l'indépendance de Paris Match", le magazine "n'a pas plus envisagé de mettre un terme au contrat de Valérie Trierweiller que de modifier en quoi que ce soit son statut et les conditions financières de sa collaboration."
Il conclut en déclarant : "La direction du groupe Lagardère et celle de Lagardère Active tiennent à rétablir une fois pour toutes la vérité, pour en finir avec ces insinuations qui visent à porter atteinte au professionnalisme de Valérie Trierweiler et de Paris Match."

 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.



de People
logAudience