En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
  • People
  • Actu

Alain Delon : la guerre médiatique avec son fils continue

Article par J.C. , le 14/03/2013 à 14h50 , modifié le 14/03/2013 à 15h09 0 commentaire

La famille Delon se livre une bataille sans fin par journaux interposés. L'acteur de 77 ans semble en effet avoir des rapports conflictuels avec son fils cadet, Alain-Fabien.

Les batailles s'enchainent dans la guerre qui oppose les Delon, père et fils. Depuis plusieurs semaines, Alain-Fabien Delon, le fils de l'acteur français, fustige en effet ses parents dans les médias. Et son papa n'hésite pas à riposter. Interviewes, démentis, lettre ouverte... Ils n'hésitent plus à exposer leurs différends familiaux. Mais qu'est-ce qui les oppose ? Retour sur l'affaire.

 

Le premier coup a été lancé par le fiston de 18 ans. Dans le Vanity Fair italien, il confie que ses parents ont toujours été ses "pires ennemis". S'il avait avoué également ne pas être "un enfant battu", Alain-Fabien raconte que son père pouvait "crier", le "tirer par les cheveux, jeter des assiettes ou casser des vitres". Il évoque aussi les"huit côtes cassées et le nez fracturé deux fois" sur la personne de sa maman, à la suite des coups du mari. Il fait donc passer son père pour un homme violent... et égoïste, puisque le magazine italien lui fait tenir ses propos :  "Je n'ai pas de domicile, mon compte en banque est vide. Et pourtant je suis le fils de la plus grande star du cinéma français", lui fait dire le magazine.

 

Delon père se dit victime "des infamies médiatiques les plus obliques"

 

Peu après, dans un entretien accordé à L'illustré début mars, le jeune fils avait tenu à rectifier ses propos. Pour autant, il n'avait pas hésité à affirmer au journal que sa mère était « machiavélique » et que son père le traitait parfois de "gros branleur"... Troisième acte : Alain-Fabien Delon réfute dans le magazine Public une partie des déclarations que lui prète Vanity Fair.  "Je suis très énervé. J'ai été interviewé, en Anglais, par une journaliste du Vanity Fair italien (...). Cette journaliste a déformé mes propos", déclare-t-il. Et de préciser que son père ne l'a pas abandonné. "J'ai choisi de faire ma vie tout seul, et il a choisi de ne pas m'aider. Ce qui était son droit". Mais il a maintenu ses dires sur la violence d'Alain Delon.

 

Interrogé dans Le Parisien, le père attaqué s'était d'abord dit "horrifié et dévasté de tristesse" par le discours tenu par son fils, avant de préciser : "Il est complètement paumé et ne donne des interviews à sensation que pour l'argent". Dans La Tribune de Genève enfin, Alain Delon se dit avant de décrire son plus jeune fils comme quelqu'un d' "égaré, en mal de références" et de préciser qu'il a pour Alain-Fabien Delon "toute la tendresse qu'un père se doit d'avoir pour son enfant ". 

 

Lire aussi > Alain Delon : son fils l'accuse de violences, il dément

 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.



de People
logAudience