En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
  • People
  • Actu

Affaire Trierweiler-Hollande : Anne Sinclair donne son point de vue

Article par Jonathan MURCIANO , le 31/01/2014 à 18h18 , modifié le 31/01/2014 à 18h23 0 commentaire

Invitée d'Europe 1 vendredi matin, Anne Sinclair a été interrogée sur la récente séparation de François Hollande avec l'ex-première dame de France, Valérie Trierweiler. La directrice éditiorale du Huffington Post ne veut pas juger le président de la République.

Difficile de ne pas faire un parallèle. Malgré tout, la justice n'est aucunement intervenue dans la récente séparation entre François Hollande et Valérie Trierweiler sur fond d'une supposée relation extra-conjugale avec l'actrice Julie Gayet selon le magazine Closer. Anne Sinclair était l'invitée de l'émission de Thomas Sotto sur Europe 1 vendredi matin et l'animateur n'a pas pu s'empêcher de l'interroger sur cette affaire qui a agité le monde politique. Elle-même victime de la goujaterie de son ancien mari Dominique Strauss-Kahn, elle n'a pas voulu prendre parti.

"Traité comme une vedette du showbiz"

"Le président de la République a été pour la première fois traité comme une vedette du showbiz. Ce qui était jusque-là réservé à Vanessa Paradis, Johnny Hallyday ou à la famille princière de Monaco, a été appliqué à François Hollande, dans une séquence très importante du quinquennat, qui aurait pu être complètement bousculé et qui a été parasité par cette annonce", analyse-t-elle. (A lire aussi : Valérie Trierweiler va entrer "en cure de silence).

Ne pas juger

A l'époque, la presse people avait largement commenté les frasques de DSK dans un hôtel new-yorkais avec une femme de chambre. Anne Sinclair a fait la une des magazines pendant plusieurs semaines. Elle était mariée à un futur candidat à la présidentielle et elle pense que la vie personnelle n'a pas sa place dans le débat public : "On ne doit pas juger un personnage public dans sa fonction publique par son histoire privée, ses histoires sentimentales. Cela ne nous regarde pas."

Enfin, l'ancienne vedette de l'émission 7 sur 7 sur TF1 concède tout de même que le statut de président de la République est particulier : "Il se doit d'avoir une vie assez transparente. S'il ne veut pas d'inconvénient, il doit avoir une vie transparente. Tant que cette vie-là n'a pas d'incidence sur la vie publique, on n'a pas à lui demander des comptes." (A lire aussi : Valérie Trierweiler a cru "tomber d'un gratte-ciel" quand elle "a su")

 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.



de People
logAudience